lundi 10 avril 2017

Prière de Nicolas Cabasilas (XIVème siècle)

Prière de Nicolas Cabasilas à notre Seigneur Jésus Christ, Fils unique et Verbe de Dieu.




Nous Te chantons, à Toi notre louange !
Nous Te glorifions et nous te rendons grâces,
Seigneur, ô Père des miséricordes,
Jésus Christ, notre Dieu !
Car Tu nous as comblés de bienfaits et tu nous traites, à tout moment,
Avec une particulière bonté et une tendresse toute personnelle.
C’est Toi qui nous as créés et sur nous tu as posé ta main.
Tu as joint ton image à notre argile.
Selon ta mystérieuse Sagesse,
Tu nous avais accordé une vie sans souffrance dans un Paradis de délices.
Par notre fidélité à ta volonté,
Tu nous menais comme par la main vers la vie meilleure et le complet bonheur.
Puis nous avons été trompés par le Mauvais
Et nous avons transgressé ce que tu ordonnais.
Nous avons fui la vie et la béatitude qui sont en toi.
Nous avons abandonné ces biens que nous serrions alors entre nos mains
Et nous avons méprisé les biens à venir.
Ainsi nous sommes devenus esclaves de la corruption et du péché.
Là encore, dans notre perdition volontaire, tu nous as regardés avec tendresse et sans mépris.
Après avoir eu recours à de nombreux remèdes,
C’est toi-même à la fin, qui t’es donné pour guérir nos infirmités.
De ta gloire, Tu n’as pas vidé le ciel en rejoignant notre extrême humiliation
Tu as revêtu notre nature déchue et tu es devenu pour nous Résurrection,
Renaissance, délivrance et vie.
Par ta chair, Tu purifies notre chair,
Par ton âme, Tu sanctifies notre âme,
Par ta mort, Tu détruis notre mort,
Et ta sépulture implante même ton incorruptibilité dans notre corruption.
Tu nous dégages de nos liens, Tu nous ressuscites de la mort et tu nous arraches au péché.
Mieux encore : grâce à toi nous devenons enfants de Dieu et Tu fais de nous des frères.
Avec ceux qui ont affectionné ton indicible tendresse,
Avec ceux qui sont demeurés en communion avec Toi,
Avec ceux qui ont gardé tes commandements,
Avec ceux qui ont vécu en ton amour, avec tous,
Tu T’es uni Toi-même comme la tête aux membres;
Tu es devenu un seul esprit avec eux.
Tu t’es coulé en leur âme et en leur corps, et Tu T’es mêlé à eux.
Non seulement de leur vivant, mais aussi après leur mort,
Tu ne quittes pas leurs cadavres.
Même leurs cendres et leurs ossements sont saturés de tes grâces,
Comme en la mort admirable et vivifiante ta divinité est restée inséparable de ton corps immaculé
Alors que ton âme l’avait quitté.
Toi cependant, coéternel au Père, tu demeurais toujours en son sein.
Ta divinité accompagnait ton âme aux enfers et ton corps dans le sépulcre.
Ainsi en est-il pour les corps de tes saints ;
Disjoints de leur âme, ils n’ont point été séparés de Toi.
Leur corps à l’écart de leur âme, continue cependant de t’abriter en eux, Toi la vie véritable.
Leurs âmes se blottissent entre tes mains tandis que tu habites en leur corps.
Même après leur mort, ils n’ont rien perdu des dons de l’Esprit
Et de tout le dynamisme que Tu leur avais accordé de leur vivant.
Leur active intercession prouve qu’ils vivent encore.
Ainsi confirment-ils la constante parole que Tu as proclamée :
« Qui croit en moi ne verra jamais la mort » Jn 6 40-47, 8 51, 11 25-26)
S’ils ont l’aspect de la cendre et de la glèbe,
Ils dominent cependant notre terre et le monde visible.
En effet, bien qu’issus de cette terre, ils Te sont unis, à Toi, le Maître des cieux.
Leur image terrestre s’est effacée, mais ils portent et gardent toujours ton image, ô Toi, le Très-Haut !
Aussi convient-il qu’on les dépose dans les trésors du ciel.
C’est ta tendresse pour nous qui les laisse encore enfouis aux profondeurs de la terre.
Ne sont-ils pas les bienfaiteurs des habitants de notre monde ?
Ils nous guérissent aussi de nos maladies,
Et par eux nous sommes entraînés à T’aimer.
Pour tout cela, nous te rendons grâce.
Nous te supplions, Toi qui nous aimes passionnément,
Laisse-Toi toucher par leurs efforts et leurs fatigues !
Massacrés, ils ont versé leur sang pour ton Nom.
Jusqu’où ils t’aimaient, ils T’en ont donné la preuve,
Plus que leurs parents, plus que leurs enfants et plus que tout au monde.
Plus que leur âme singulière ils ont désiré ta gloire.
Tourne ton regard vers ton peuple, ton héritage.
Accorde la paix à ta nation, rends sainte ton Église et revêts tes prêtres de justice.
Donne ton discernement à ceux qui nous gouvernent.
Libère-nous des conflits civils et arrête la tempête qui nous emporte.
Fais cesser les guerres -qu’elles soient nationales ou locales- ce sont les démons qui les attisent en nous.
Viens au secours de tous ceux qui invoquent ton Nom.
Dans la vie à venir, assemble-nous avec ceux qui t’ont aimé
Et que nous héritions avec eux de ton Royaume.
Par l’intercession de notre Souveraine immaculée la Mère de Dieu,
Du vénérable et glorieux prophète Jean-Baptiste et de tes saints Apôtres admirables et glorieux
Et des saints de partout et de tous les temps qui t’ont été agréables.
Amen !






Aucun commentaire:

Publier un commentaire