samedi 10 septembre 2022

Regard...



La grande majorité de ceux qui se disent croyants sont pratiquement des agnostiques, (sans qu'ils s'en doutent, d'ailleurs). Ce n'est pas la lumière qui leur manque, mais le regard intérieur qui sert à la capter...
Note de Camille C.
"Camille C. ou l'emprise de Dieu" 

lundi 15 août 2022

jeudi 11 août 2022

Lettre de Ste Claire à Ermentrude.

St François et Ste Claire devant dame pauvreté
 À Ermentrude, sa très chère sœur, Claire d'Assise, humble servante de Jésus-Christ, salut et paix !


J'ai appris, sœur très chère, qu'avec la grâce du Seigneur tu avais été assez heureuse pour échapper à la boue de ce monde. Cela m'a causé la plus grande joie, je t'en félicite et je suis toute joyeuse à la pensée que toi et tes filles vous arpentez courageusement les routes de la sainteté.
Sois fidèle jusqu'à la mort, sœur bien-aimée, à Celui auquel tu t'es consacrée, car tu recevras un jour de lui la couronne de la Vie. Notre peine ici-bas n'a qu'un temps, mais la récompense est éternelle ; ne te laisse pas séduire par les splendeurs d'un monde qui fuit comme l'ombre.

Ne te laisse pas prendre aux apparences d'un siècle trompeur ; bouche tes oreilles à tout ce que l'enfer viendra te murmurer, oppose à ses efforts une résistance  énergique. Supporte les épreuves d'un cœur joyeux ; quand tout va bien, n'en tire aucune vanité, les succès comme les revers exigeant la foi. Sois donc fidèle aux promesses que tu as faites à Dieu, et lui-même t'en décernera la récompense. Regarde le ciel qui nous appelle et nous attend, ma bien-aimée : prends ta croix et suis le Christ qui nous précède ; par lui nous pourrons entrer dans sa gloire après avoir traversé toutes sortes d'épreuves.

Aime de tout ton cœur Dieu et son Fils Jésus qui fut crucifié pour nous autres pécheurs ; que son souvenir ne quitte jamais ta mémoire. Fais en sorte de méditer continuellement le mystère de sa croix et les douleurs de sa Mère qui s'y tenait debout. Veille et prie sans cesse.
Mène à bien, sans te décourager, l'œuvre que tu as si bien commencée.

Remplis sans défaillance, dans la pauvreté et dans l'humilité, la charge que tu as assumée. N'aie aucune crainte, ma fille, car Dieu est fidèle à sa parole et saint dans ses actions : il répandra ses bénédictions sur toi et sur tes filles ; il vous viendra en aide et vous consolera ; il est notre rédempteur et notre récompense pour l'éternité.

Prions Dieu l'une pour l'autre : chacune portant ainsi par amour le fardeau de l'autre, la loi du Christ nous sera plus légère à accomplir. Amen.

dimanche 7 août 2022

Sur les routes de France, l'église Saint Sauveur à Lacapelle Livron


Attenante à une ancienne commanderie des Templiers, l'église fortifiée est imposante, et puis une porte étroite, la fraîcheur... nous allumons, les voûtes nues, l'étroitesse encore... 
La puissante structure fond aux dimensions d'une chapelle. 
Inattendu...
       

L'église a été heureusement
préservée de la destruction...






lundi 1 août 2022

Sur les routes de France... le prieuré de Laramière

L'église st Georges attenante au prieuré
Le prieuré de Laramière, XIIIème siècle... il est possible de le visiter pour clore cette promenade aux alentours de l'oratoire St François, et si cela vous tente, il est à vendre...
              
Une visite virtuelle est accessible pour l'instant...

  



 



Sur les routes de France, Notre Dame des Grâces...





Sur nos chemins de traverse, une promenade en trois épisodes... 
A quelques kilomètres seulement de l'oratoire St François, à Lacapelle Livron (82160), une chapelle veille sur la vallée de la Bonnette : 
Notre Dame des Grâces, lumineuse et paisible...  

dimanche 17 juillet 2022

Notes de pèlerinage… Lourdes 2022


Silence…

Le gave souffle. L’eau glisse, se froisse, se love, épouse le soleil et la pierre, se plisse aux racines des aulnes. Un vent léger fait chanter les érables.

La basilique du Rosaire n’est que lumière et silence dans sa nudité.

La grotte recueille les premières prières.

Nous sommes ici pour fêter notre Mère, Notre Dame du Mont Carmel. Avant tout. Teresa et Thérèse nous ont invités en quelques mots tout simples… « Je suis fille de l’Eglise » et nous sommes venus.

Je suis venue.

Lourdes, pleine de rires et de larmes, ses rues où l’on étirera les soirées parce que les jours sont brûlants; néons, brouhaha, boutiques où se côtoient le pire et le meilleur, les vierges en plastique et les chapelets en grappe, bimbeloterie et peluches qui émerveillent les enfants et parfois le trésor, une icône amoureusement écrite, un livre, une pauvre image… et des bouteilles d’eau pour supporter la canicule !

Lourdes de toutes les langues, Babel unifiée par Marie toute Pure… « Que soy era Immaculada Councepciou »

Lourdes de toutes les douleurs et de toutes les joies qui dévoile les mystères d’un rosaire dont chaque fleur est une âme…

Le soir s’étire à l’envie : rencontre au souffle d’un Esprit qui ne laisse rien au hasard et nous voici au spectacle, emportés par l’âpre et douce histoire de Bernadette : la procession du lendemain prendra tout son sens, infiniment touchante.

Nos frères s’attardent et nous avec, la nuit est tiède, les bistrots débordent sur la rue, les rires fusent, l’humour en bandoulière, deux diabolos, une tomate ( ?) et autre chose… c’est une nuit d’été. Pèlerins en vacances quelques heures, tout au plaisir du partage.  

Mais avant cette joie si bellement humaine, la joie secrète, blottie au creux du cœur. La beauté sans voile, celle que seul Dieu donne à voir : nos frères carmes qui suivent lentement le Saint Sacrement, derniers, et cette évidence : la pauvreté, le silence, l’humilité du Carmel… Il y a comme cela des éclairs de pure grâce…

Dans les entrailles d’un hôtel s’élèvent les voix qui nourriront la célébration samedi. En l’homme l’enfant s’inquiète, soucieux de bien faire, mais Dieu sourit, je n’en doute pas.

Je remonte la nuit, le silence à nouveau, le murmure des grands arbres et le chant de l’eau…


Revenue, je pense à ces frères qui nous accompagnent si bien, leur sourire, leur sérieux, leur profondeur, l’humour toujours prêt à jaillir et, sous les rires, l’infini qui affleure au détour d’un regard, leur humanité inlassablement pétrie par un Dieu boulanger bien décidé à en faire son pain, ce pain dont il a besoin pour le monde.

 Silence encore.

Le semeur est sorti pour semer et la semence a levé : rendons grâce à Dieu.


Notre Dame du Mont Carmel, prie pour nous.

Anonyme.

 

dimanche 10 juillet 2022

La prière...



La prière doit être courte et pure, sauf si Dieu dans sa bonté nous touche et nous inspire de prier plus longtemps. 

Règle de St Benoît, 20, 4

vendredi 24 juin 2022

Coeur Sacré de Jésus

Par la révélation de votre Cœur, Vous avez voulu, Jésus, fournir à notre amour le moyen d’échapper à ce qu’il y avait de trop étroit, de trop précis, de trop limité, dans l’image que nous nous faisions de Vous. 

Au centre de Votre poitrine, je n’aperçois rien d’autre qu’une fournaise ; et plus je fixe ce Foyer ardent, plus il me semble que, tout autour, les contours de votre Corps fondent, qu’ils s’agrandissent au-delà de toute mesure jusqu’à ce que je ne distingue plus en Vous d’autres traits que la Figure d’un monde enflammé.
 
Amen. 
Père Teilhard de Chardin

jeudi 16 juin 2022

Que ton nom soit sanctifié...

"Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié", lui dis-tu.
Soyons nous-mêmes sanctifiés car ton nom est en nous; sanctifie-nous, Seigneur !
Nous sommes appelés par ton nom, qu'il soit sanctifié en nous, pour toi.
Etant toi-même saint, que ton nom soit sanctifié en nous qui sommes faibles.
J'avais ton nom qui est ton icône et il fut souillé; "notre Père qui es aux cieux que ton nom soit sanctifié" pour toi. C'est toi le Seigneur et tu as des serviteurs qui portent ton icône.
"Que ta volonté soit faite" en nous. Incline ta volonté vers notre volonté et qu'elle soit nôtre, afin que ta volonté s'accorde avec notre volonté. Veuille, et nous voudrons par toi; que tout ce que tu veux, nous le voulions nous-mêmes afin que nous ne voulions pas outre mesure, mais que tous nos vouloir se réalisent. 
Jacques de Saroug


dimanche 12 juin 2022

Sainte Trinité

Je me suis représenté, comme d’autres l’ont fait, une source, un ruisseau et un fleuve. J’ai songé au soleil, au rayon et à la lumière.
Je ne trouve aucune image qui me donne pleine satisfaction pour illustrer le concept de la Trinité. Aussi ai-je fini par me dire que le mieux était d’abandonner les images et les ombres, qui sont trompeuses, et qui demeurent très loin de la vérité ; je préfère m’attacher aux pensées les plus conformes à la piété, me contenter de peu de mots et prendre pour guide l’Esprit, pour garder jusqu’à la fin la lumière que j’ai reçue de lui. Il est mon compagnon naturel, mon familier, et je traverse cette vie en persuadant aux autres, autant que je le puis, d’adorer le Père, le Fils et le Saint-Esprit, une seule Divinité et une seule Puissance, à qui sont toute gloire, tout honneur, tout pouvoir dans les siècles des siècles. Amen.
 Grégoire de Naziance, 5e Discours théologique

dimanche 5 juin 2022

Pentecôte... M. Zundel

 Un vitrail vu dans l’obscurité, ne donne aucune impression de magnificence, même si on en connaît tous les détails. Ce n’est que dans la clarté du jour qu’il prend vie.

Il en est de même de l’enseignement divin.

Les Apôtres ont suivi Jésus, ils l’ont vu mourir sur la Croix et ressusciter trois jours après.

Leurs rêves s’écroulent. Ils n’ont rien compris. Ils voient qu’il n’y aura pas de royaume d’Israël, que toutes les promesses des Prophètes valent aussi bien pour les Gentils que pour eux-mêmes.

Nous avons en nous un trésor immense et nous savons bien qu’en le trahissant, nous éteignons une lumière, nous devenons mur opaque.

Ils sont déçus. Le Maître ne revient pas.

Mais soudain, comme un vitrail qui s’illumine, le vrai visage de Jésus leur apparaît dans toute sa splendeur.

Le jour de la Pentecôte, ils sentent la brûlure d’un feu mystérieux et leurs intelligences s’éclairent, leurs cœurs s’ouvrent à l’Amour. Au-dedans d’eux-mêmes, ils découvrent Jésus. Ils comprennent le sens des Paroles qui leur ont été dites.

Et Pierre se souvient : «Lorsque tu étais jeune, tu allais où tu voulais, mais quand tu seras vieux, un autre te ceindra et tu iras où tu ne veux pas aller». (Jn 21, 18)

Il faut, en effet, se laisser faire, laisser Dieu agir en nous.

 Et Pierre découvre le vrai Dieu ! Le Dieu vivant qui est au plus intime de son cœur, le Dieu qui a tout fait par Amour, le Dieu qui appelle sa créature, le Dieu qui meurt pour la sauver, pour briser la carapace de son cœur qui s’est trop longtemps refusé. Et Pierre comprend le mystère de la Croix, le mystère de l’Amour d’un Dieu. La rencontre est consommée.

Le disciple devient cri d’amour, il lâche ses espérances de chair pour se donner à Dieu et au prochain. Il est au cœur du premier Amour. Il partira à la conquête du monde.

 Tel est le Dieu que nous avons à retrouver au plus intime de nous-même, dans le feu de la Pentecôte.

Quelle est en nous la naissance de la religion ?

C’est une voix que nous percevons au-dedans de nous, une voix qui est l’Amour et qui nous demande l’amour.

Qu’admirons-nous dans les Saints ? Ce que nous admirons, c’est une Présence que nous portons en nous et qui s’incarne en eux avec une beauté particulière. Pour être assuré de l’existence de Dieu, il suffit d’écouter en notre âme cet appel incessant à la Beauté, à l’Amour.

Il y a en effet en nous Quelqu’un qui n’est pas nous, Quelqu’un qui demande à se réaliser en nous, mais qui ne peut le faire sans nous.

Nous avons en nous un trésor immense et nous savons bien qu’en le trahissant, nous éteignons une lumière, nous devenons mur opaque.

La valeur infinie, vivante en nous, valeur qui couronne de splendeur tous nos sacrifices, ne peut régner, à travers nous, sans le consentement de notre cœur.
 Maurice Zundel, recollection 1936

jeudi 26 mai 2022

Ascension ! Léon le Grand

 


 « L’Ascension du Christ est donc notre propre élévation et là où a précédé la gloire de la tête, là aussi est appelée l’espérance du corps. Laissons éclater notre joie comme il convient, bien-aimés et réjouissons-nous dans une sainte action de grâces. Aujourd’hui, en effet, non seulement nous sommes confirmés dans la possession du paradis, mais, en la personne du Christ, nous avons même pénétré les hauteurs des cieux ; par la grâce ineffable du Christ, nous avons obtenu plus que nous n’avions perdu par la haine du diable. »

Leon le Grand

dimanche 8 mai 2022

A contre-courant... la voie du bonheur

Je vous mets sous les yeux quelques pistes, selon lesquelles tout moine sérieux cherche à se dépouiller de soi-même, à se mettre sous la dépendance de la volonté d'un autre, à témoigner d'une vraie loyauté et générosité à l'égard de Dieu, en vue de l'intimité avec lui. Voyez saint Jean de la Croix, sainte Thérèse de l'enfant-Jésus, sainte Bernadette, tous les modèles que vous pouvez aimer : tous ont enseigné et pratiqué sérieusement cela... 

Croyez-moi : il vaut mieux ne pas faire le malin; il vaut mieux écouter ce que je vous dis. L'humilité, la simplicité, la docilité sont les richesses du coeur, celles qu'on envie aux saints et aux enfants. Il vous faudra beaucoup de limpidité dans les yeux et beaucoup de limpidité dans le coeur pour changer votre conduite. Et pourtant cela devrait vous être facile, puisque c'est la voie du bonheur. 


Père Jérôme, o.c.s.o.

vendredi 29 avril 2022

Sainte Catherine de Sienne...



Qu'est ce qui nous rend forts et persévérants ?  L'oraison humble et continuelle faite dans la cellule de la connaissance de soi-même et de la bonté de Dieu en soi. 

Ste Catherine de Sienne

dimanche 17 avril 2022

Christ est ressuscité !

 


Il est vraiment ressuscité !
Bonne fête de Pâque à tous !

Notre Dame de la Résurrection...

Sanctuaire de N D de Livron, (Caylus)
Nous ne savons pas ce qu’a été la rencontre entre Marie et Jésus ressuscité. L’Évangile ne nous en dit rien. Elle ne cherche pas parmi les morts celui qu’elle sait vivant.

Marie est la première créature à avoir été revêtue par la Résurrection de Jésus, à être fille de la Résurrection et à pénétrer dans le Royaume en son corps même, vivant parce que totalement livré à la puissance de l’Esprit Saint. Il n’est pas indifférent que cette première créature soit ici encore une femme, en qui éclate le salut de Dieu et la promesse, pour chacun de nous, de ce qui nous attend.

Notre-Dame de la Résurrection, Notre-Dame de l’Assomption, c’est-à-dire Notre-Dame de l’Apocalypse, est cette femme dont Dieu, dans les premières pages de la Genèse, avait donné la promesse :

             Alors Yahvé Dieu dit au serpent : « Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton  lignage et le sien, elle t’écrasera la tête et tu l’atteindras au talon » (Gn 3,15).

 Marie a affronté le serpent, le dragon qui avait séduit Eve et elle l’a vaincu par la protection et la grâce de Dieu même.

 Notre-Dame de Résurrection

Notre-Dame de Livron

Notre-Dame de délivrance

Notre-Dame couronnée d’étoiles et revêtue de soleil intercède pour nous :

            pour que soit libéré la femme de ce temps,

            pour qu’elle soit libérée de tout ce qui l’opprime et l’empêche d’être debout

            et libre devant Dieu.

            Pour qu’elle soit libérée de ses propres phantasmes et de ses propres tentations.

Montre à chaque femme de ce temps, la splendeur du don de Dieu en elle et par elle à l’homme, à l’Église et au monde.

Viens rendre à chaque femme sa transparence originelle

            afin qu’elle soit signe de vie, mère de vie,

            Eve libre et vivante.

Viens délivrer son regard, son corps et son cœur,

viens délivrer la gloire de Dieu en elle.

                                                Amen ! 

Georgette Blaquière, "La grâce d'être femme" 

dimanche 10 avril 2022

Le silence seul... Prière.


Ecrire ta beauté, nul ne le peut.

Ecrire ta grandeur, le silence seul…

Ecrire la vie, rien n'y suffit.

Alors, pourquoi écrire encore…

Se taire, se taire infiniment…

Laisser la page vierge.

Se faire page vierge.

Ecris, toi, écris !

Ecris ta vie en moi, étreins-moi de silence, coule-moi d'amour…

Que mon âme vaillante te loue,

Que mon cœur peineux te loue,

Que mes mains fatiguées te louent…

Sombre-moi en toi, infinie plongée au blanc, toutes amarres rompues,

Et ma vie laissée, ma vie bousculée, transfigurée, effacée en toi,

Mais la Vie enfin, enfin toute en moi par toi…

Le silence seul…




vendredi 25 mars 2022

Annonciation

Réjouis-toi, Comblée de Grâce...
Retable de l'annonciation, Fra Angelico. (musée du Prado)
 

dimanche 20 mars 2022

Chemin de Carême... la joie parfaite par les pères du désert.

Abba inconnu : 

Un frère demande à un ancien : «  Dis-moi : Comment me sauver ? ».

L'ancien lui répond : 

« Si tu peux être injurié et le supporter, c'est une grande chose, plus grande que toutes les vertus ».

Chemin de Carême... la joie parfaite par St François.

 

Comment Saint François, cheminant avec frère Léon, lui exposa ce qu'est la joie parfaite.

Comme saint François allait une fois de Pérouse à Sainte Marie des Anges avec frère Léon, au temps d'hiver, et que le froid très vif le faisait beaucoup souffrir, il appela frère Léon qui marchait un peu en avant, et parla ainsi : » O frère Léon, alors même que les frères Mineurs donneraient en tout pays un grand exemple de sainteté et de bonne édification, néanmoins écris et note avec soin que là n'est pas point la joie parfaite. »

Et saint François allant plus loin l'appela une seconde fois : » O frère Léon, quand même le frère Mineur ferait voir les aveugles, redresserait les contrefaits, chasserait les démons, rendrait l'ouïe aux sourds, la marche aux boiteux, la parole aux muets et, ce qui est un plus grand miracle, ressusciterait des morts de quatre jours, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite. »

Marchant encore un peu, saint François s'écria d'une voix forte : » O frère Léon, si le frère Mineur savait toutes les langues et toutes les sciences et toutes les Écritures, en sorte qu'il saurait prophétiser et révéler non seulement les choses futures, mais même les secrets des consciences et des âmes, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite. »

Allant un peu plus loin, saint François appela encore d'une voix forte : » O frère Léon, petite brebis de Dieu, quand même le frère parlerait la langue des Anges et saurait le cours des astres et les vertus des herbes, et que lui seraient révélés tous les trésors de la terre, et qu'il connaîtrait les vertus des oiseaux et des poissons, de tous les animaux et des hommes, des arbres et des pierres, des racines et des eaux, écris qu'en cela n'est point la joie parfaite. »

Et faisant encore un peu de chemin, saint François appela d'une voix forte : » O frère Léon, quand même le frère Mineur saurait si bien prêcher qu'il convertirait tous les fidèles à la foi du Christ, écris que là n'est point la joie parfaite. »

Et comme de tels propos avaient bien duré pendant deux milles, frère Léon, fort étonné, l'interrogea et dit : » Père, je te prie, de la part de Dieu, de me dire où est la joie parfaite. » et saint François lui répondit : » Quand nous arriverons à Sainte Marie des Anges, ainsi trempés par la pluie et glacés par le froid, souillés de boue et tourmentés par la faim, et que nous frapperons à la porte du couvent, et que le portier viendra en colère et dira : » Qui êtes-vous ? » et que nous lui répondrons : » Nous sommes deux de vos frères », et qu'il dira : » Vous ne dites pas vrai, vous êtes même deux ribauds qui allez trompant le monde et volant les aumônes des pauvres ; allez-vous en » ; et quand il ne nous ouvrira pas et qu'il nous fera rester dehors dans la neige et la pluie, avec le froid et la faim, jusqu'à la nuit, alors si nous supportons avec patience, sans trouble et sans murmurer contre lui, tant d'injures et tant de cruauté et tant de rebuffades, et si nous pensons avec humilité et charité que ce portier nous connaît véritablement, et que Dieu le fait parler contre nous, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite.

Et si nous persistons à frapper, et qu'il sorte en colère, et qu'il nous chasse comme des vauriens importuns, avec force vilenies et soufflets en disant : » Allez-vous-en d'ici misérables petits voleurs, allez à l'hôpital, car ici vous ne mangerez ni ne logerez », si nous supportons tout cela avec patience, avec allégresse, dans un bon esprit de charité, ô frère Léon, écris que là est la joie parfaite.

Et si nous, contraints pourtant par la faim, et par le froid, et par la nuit, nous frappons encore et appelons et le supplions pour l'amour de Dieu, avec de grands gémissements, de nous ouvrir et de nous faire cependant entrer, et qu'il dise, plus irrité encore : » ceux-ci sont des vauriens importuns, et je vais les payer comme ils le méritent », et s'il sort avec un bâton noueux, et qu'il nous saisisse par le capuchon, et nous jette par terre, et nous roule dans la neige, et nous frappe de tous les noeuds de ce bâton, si tout cela nous le supportons patiemment et avec allégresse, en pensant aux souffrances du Christ béni, que nous devons supporter pour son amour, ô frère Léon, écris qu'en cela est la joie parfaite...



dimanche 13 mars 2022

Chemin de Carême... l'humilité.

Un disciple trouve un ancien en train de pleurer dans sa cellule et lui demande : "Père que pleures-tu?". Et l’ancien lui répond: "Mes fautes, mon fils."
Le frère s'étonne: "Tu n’as pas de faute, père". Et l’ancien de répondre: "En vérité, s’il était permis de voir mes fautes, quatre autres avec moi ne suffiraient pas à les pleurer" 

On demanda à un vieillard : "Comment l’âme acquiert-elle l’humilité?" Et il répondit: "Lorsqu’elle ne se soucie que de ses propres fautes." 
Apophtegmes des Pères, 

dimanche 6 mars 2022

Chemin de Carême... se laisser aimer


Le Seigneur nous aime avec tendresse. Le Seigneur connaît cette belle science de la caresse. La tendresse de Dieu : il ne nous aime pas en paroles ; il s’approche et, en étant proche de nous, il nous donne son amour avec toute la tendresse possible . Proximité et tendresse sont donc les deux aspects de l’amour du Seigneur, qui se fait proche et donne tout son amour également dans les plus petites choses, avec tendresse . Toutefois, il s’agit d’un amour fort. Car proximité et tendresse nous font voir la force de l’amour de Dieu .

Cela peut sembler une hérésie, mais la vérité est plus grande : il est plus difficile de se laisser aimer par Dieu que de l’aimer ! Voilà quelle est la manière de lui redonner tant d’amour : ouvrir notre cœur et nous laisser aimer. Le laisser s’approcher de nous, et le sentir proche. Le laisser être tendre, nous caresser . Cela est très difficile : nous laisser aimer par lui. Et cela est peut-être ce que nous devons demander aujourd’hui : Seigneur je veux t’aimer, mais enseigne-moi la science difficile, l’habitude difficile de me laisser aimer par toi, de te sentir proche et de te sentir tendre.  
Pape François, 
homélie à la chapelle de la maison Ste Marthe en la fête du Sacré Coeur 

samedi 26 février 2022

Le jeune homme et l'ermite...

Sant Aniol d'Aguja
Un jeune homme vint un jour chez un ermite et lui dit :

"Je suis déçu de mon église et je cherche une communauté parfaite. 

Alors le vieillard le conduisit vers sa vieille chapelle et lui dit :

"Que vois-tu sur ces vieux murs ?

- De la mousse et de mauvaises herbes, répondit le jeune homme surpris.

- Tu vois, continua l'ermite, Dieu habite pourtant cet endroit. Il en est ainsi de l'église. Elle ne peut être ni parfaite ni pure, car elle est faite d'hommes. 

Toi aussi tu es un homme, et même si tu découvres la communauté parfaite, elle ne le sera plus dès l'instant où tu y entreras."


samedi 29 janvier 2022

Epître aux Corinthiens... Maurice Zundel

Cette admirable épître nous rend certains que la charité est le miracle des miracles et il faut dire tout de suite qu'elle est impossible, radicalement impossible si l'on n'y voit pas -ce qu'elle est d'ailleurs- une vertu théologale. Ce mot théologale est ici décisif, et il est admirable car il veut dire que la charité, au sens évangélique, a pour objet et pour mesure et pour motif Dieu lui-même. C'est à dire que la charité n'a qu'un seul prochain, qui est Dieu. Notre véritable prochain, c'est Dieu, si proche qu'il est infiniment plus près de nous-mêmes que nous-mêmes. Et c'est à travers ce prochain divin que nous avons un prochain humain. 
Si donc la charité est au coeur de l'Evangile, c'est parce qu'au coeur de la vie, il y a une présence de Dieu. Dieu est la vie de notre vie. Dieu est confié à chacun de nous. Dieu circule en nous et nous en lui et toutes les vertus ne sont pas autre chose que le rayonnement de la présence de Dieu dans notre corps ou dans notre esprit, dans notre conduite et dans notre action.

Maurice Zundel 

lundi 24 janvier 2022

Sainte Claire, la servante des Pauvres Dames de San Damiano.


Sainte Claire : 
11 juillet 1194. Ortolana, sa mère, est sur le point de mettre au monde une petite fille qu'on prénommera Claire. Soudain, elle entend une voix : "Ne crains rien. Tu vas donner avec bonheur à la terre une lumière brillante qui en dissipera les ténèbres".


 

jeudi 20 janvier 2022

Heureux les coeurs purs... St Isaac le Syrien

Quand l'homme reconnaît-il que son cœur atteint la pureté ? Lorsqu'il considère tous les hommes comme bons sans qu'aucun lui apparaisse impur et souillé. Alors en vérité il est pur de cœur… 
Qu'est-ce que cette pureté ? En peu de mots, c'est la miséricorde du cœur à l'égard de l'univers entier. Et qu'est-ce que la miséricorde du cœur ? C'est la flamme qui l'embrase pour toute la création, pour les hommes, pour les oiseaux, pour les bêtes... pour tout être créé. Quand il songe à eux ou quand il les regarde, l'homme sent ses yeux s'emplir des larmes d'une profonde, d'une intense pitié qui lui étreint le cœur et le rend incapable de tolérer, d'entendre, de voir le moindre tort ou la moindre affliction endurée par une créature. C'est pourquoi la prière accompagnée de larmes s'étend à toute heure aussi bien sur les êtres dépourvus de parole que sur les ennemis de la vérité, ou sur ceux qui lui nuisent, pour qu'ils soient gardés et purifiés. Une compassion immense et sans mesure naît dans le cœur de l’homme, à l'image de Dieu. 
                                                                        St Isaac le Syrien , 
Discours ascétique, § 81

dimanche 2 janvier 2022

Epiphanie...

 
Les mages ont vu une étoile qui se levait à l'Orient.
Tous, nous la voyons cette étoile, se lever tous les jours à l'est:
C'est le soleil.
Mais nous avons tellement l'habitude du jour qui se lève chaque jour
Que nous n'y faisons même plus attention.
Et pourtant...
Chaque matin qui se lève est une épiphanie.

Chaque matin, Dieu nous manifeste son Amour
En nous offrant, à notre réveil, le présent d'un jour neuf
Unique au monde.
Chaque jour, une étoile vient de l'Orient pour me le dire.
Jean Debruyn