vendredi 28 décembre 2018

Noël... Toutes les femmes du monde.


Soir froid, tout en glace retenue…
Tout à l'heure, une célébration de silence, une action de grâce pleine et douce, au creux de l'oratoire. Des mots, bien sûr, paroles offertes, de celles qui habitent le silence et l'épousent sans trouble…
C'est un temps de Noël, tout en tendresse. Les bougies inventent sur les murs chaulés d'improbables crèches que la chaleur du poêle fait danser, tout est enclos d'amour, les mains se joignent et prient, le mystère s'accomplit encore une fois dans le pain et le vin…

Et le silence dévoile l'offrande : un enfant nouveau-né, une femme rit et baise les petits pieds nus… instant de joie pure… et toutes les femmes du monde jouent avec les petits pieds doux comme des pattes de chat, les baisent et rient, et rient tous les enfants du monde dans les yeux de l'Enfant… instant de joie !

Et le silence ploie au pied du Fils dans une femme en pleurs, pleurs de pure joie, et les cheveux de soie, les cheveux de laine, toutes les femmes du monde lavent la poussière, baignent de larmes claires les plaies écrites, déjà, qu'elles seules voient… pleurs de pure joie sous le voile de laine… pleurs de pure douleur déjà, "une épée te transpercera l'âme", déjà.

Et le silence s'émerveille : assise aux pieds du Fils, une femme attentive. Elle a tout laissé, même son désir de le servir. Elle écoute son silence, elle écoute sa voix, elle écoute ses gestes. Eternité de joie… Et toutes les femmes du monde veillent devant la Vie, l'écoutent, la reçoivent dans leurs mains, dans leur ventre, puis la donnent… et doucement, silencieusement, aiment.

Eternité de joie.

M. F. "Noël 2011"

lundi 24 décembre 2018

Nuit de Noël... M. Zundel



La nuit de Noël, Dieu vient naître parmi nous, Dieu cherche à naître en nous. Il se peut que le grand problème de notre vie ne soit pas tellement de vivre, mais finalement de naître ! Car, nous ne sommes pas l’homme que nous paraissons être : célèbre ou inconnu, riche ou démuni, habile ou maladroit…. Tout cela c’est l’apparence des choses.
Nous sommes un homme qui cherche à naître.

Si tu sais en toi cette pulsation merveilleuse qui te porte à ne pas être aujourd’hui ce que tu étais hier, tu es en train de naître.
Si tu te sens aujourd’hui capable d’un amour tout neuf que tu n’espérais pas hier, tu es en train de naître.
Si tu te fais aujourd’hui tout-petit devant Jésus, pour te laisser conduire dans sa Lumière, tu es en train de naître.
Sois sûr que la plus grande chose de la vie ce n’est pas de vivre, c’est de naître constamment pour ne pas être vieux.

Puisses-tu garder de cette nuit la saveur d’une rencontre : la confiante et humble certitude que tu es appelé indéfiniment à être et tout autant, appelé à faire naître les autres.
Et voici qu’inlassablement, Noël après Noël, jour après jour, Dieu frappe à ta porte et demande à naître en toi !
Maurice Zundel

mercredi 19 décembre 2018

Noël nouvelet... Chorale de Saint Ferdinand des Ternes



Les petits chanteurs de Saint Ferdinand des Ternes interprètent un cantique de Noël qui date sans doute du XVIe siècle : « Noël nouvelet ». Nouvelet signifie en français de la Renaissance : né depuis peu. Autrement dit : Noël qui vient, naissance de Dieu maintenant, ou Noël chaque année nouveau.
C’est le compositeur Jehan Alain qui a harmonisé ce chant traditionnel en 1938. Deux ans après, le 20 juin 1940, avec les Cadets de Saumur dans la défense de la Loire, il est mort à l’âge de 29 ans.
C’est l’émerveillement devant un miracle si simple : un enfant nait et c’est l’espoir du monde qui renait, parce que Dieu s’est fait tout petit, enfant.
Les petits chanteurs prêtent leur voix aux bergers et aux anges : « chantons ici, disons à Dieu merci ! Chantons Noël pour le Roi nouvelet. De vers Bethléem, vit Joseph et Marie, l'âne et le bœuf, l'Enfant couché par lit, la crèche était au lieu d'un bercelet ».
Mis en ligne par : Retraite dans la ville

lundi 17 décembre 2018

Avent, temps d'espérance... 3ème dimanche


Espérance… Où sont-ils, les vivants d'espérance, où sont-ils si, au cœur de leur église, ils la pensent au-delà, plus tard, comme un rêve merveilleux qui  n'aurait pas sa place ici; où en sont-ils de leur vie ? De ce qu'ils appellent la foi ? Comment ne pas percevoir cette venue profonde au cœur de chacun, cette poussée de silence : espérer n'est pas un futur, c'est un présent, dans tous les sens du mot. Un chemin d'aujourd'hui, et d'aujourd'hui, et d'aujourd'hui… 
Il n'y a pas de demain. Il y a la beauté, la paix, la joie, qui germe en l'homme à son rythme, se déploie... alors émerge enfin à la lumière d'ici et se révèle un peu plus le Royaume. Il n'est pas de ce monde, bien sûr, mais il habite au cœur du monde comme un secret et une… J'allais écrire victoire, ou gloire peut-être, ou peut-être les deux. Certainement les deux. Il peut y avoir entre ces deux aujourd'hui le temps d'un vie ou d'un sourire, ou le clin d'oeil d'un ange, il peut y avoir un abîme de vertige ou le fragile d'une feuille d'or, il n'y a jamais de demain… Nous n'avons qu'aujourd'hui, infiniment, pour vivre et pour aimer. 

Que cherchent-ils ces voyageurs d'espoirs déçus, tous ceux qui projettent l'espérance comme un moteur pour avancer vers… Tous ceux qui se plongent dans ce qu'ils appellent la réalité et qui n'en voient plus que les troublantes apparences de haines, d'orgueils, de désespoirs, de joies aussi, et de plaisirs… 
Ici, tout est pluriel, la vie se fragmente à l'infini sur nos pauvres miroirs et nous plonge dans un mauvais songe ou une ivresse plus ou moins joyeuse.

Espérer, attendre… Il y a deux façons d'attendre : quelque chose doit venir à quoi on s'accroche au risque de se lasser, car ce quelque chose viendrait de l'extérieur, on ne sait trop quand, on ne sait même pas si c'est vrai, ou attendre comme on attend un enfant... on disait : elle est en espérance d'enfant. Cet enfant, il va naître, il grandit en la femme, grandit sous la main de son père, fruit d'amour…

L'espérance, c'est la certitude de cet amour qui fruite en silence en nos cœurs épousés de l'Esprit, cette attente bénie et agissante qui invente un espace de douceur, nourrit et protège ce fruit sans même que nous en ayons conscience, aujourd'hui, et puis aujourd'hui, et puis aujourd'hui… dans ce présent qui est tout entier porte d'éternité.

L'espérance est au présent. Elle ne peut qu'être au présent. 

Alors le Royaume affleure dans nos vies, alors enfin la joie, la paix, l'amour…
M.F. "Les nuits de feu"


jeudi 6 décembre 2018

Chemin...

Cheminer
Au-delà de soi

Déchiffrer
L'empreinte de ses pas

Contempler
Le mystère de la foi

Marcher
En quête de quoi ?

Ecouter
La réponse viendra

Prier
Le reste attendra


Partir
Vers l'horizon de lumière

Lire
Les messages qui espèrent

Saisir
Ses mots flottants dans les airs

Venir
Au cœur du redoutable hiver

Réfléchir
Dans la quiétude de l'éphémère

Finir
Simplement par une prière





dimanche 2 décembre 2018

Avent... 1er dimanche


"Préparez le chemin du Seigneur." Le chemin du Seigneur, frères, qu'il nous est demandé de préparer se prépare en marchant. On y marche dans la mesure où on le prépare. Même si vous vous êtes beaucoup avancés sur ce chemin, il vous reste toujours à le préparer, afin que, du point où vous êtes parvenus, vous soyez toujours tendus au-delà. 

Voilà comment, à chaque pas que vous faites, le Seigneur à qui vous préparez les voies vient au-devant de vous, toujours nouveau, toujours plus grand.
Aussi est-ce avec raison que le juste prie ainsi : "Enseigne-moi le chemin de tes volontés et je le chercherai toujours." On donne à ce chemin le nom de vie éternelle, peut-être parce que bien que la providence ait examiné le chemin de chacun et lui ait fixé un terme jusqu'où il puisse aller, cependant la bonté de celui vers lequel vous vous avancez n'a pas de terme. C'est pourquoi le voyageur sage et décidé pensera commencer lorsqu'il arrivera. Il oubliera alors ce qui est derrière lui pour se dire chaque jour : "Maintenant, je commence."


Mais nous qui parlons d'avancée dans ce chemin, plût au ciel que nous nous soyons mis en route ! A mon sens, quiconque s'est mis en route est déjà sur la bonne voie : il faut toutefois qu'il ait vraiment commencé, qu'il ait trouvé le chemin de la ville habitée, comme dit le psaume. qu'ils sont peu nombreux ceux qui la trouvent, dit la Vérité. Qu'ils sont nombreux ceux qui errent dans les solitudes...
Et toi Seigneur, tu nous as préparé un chemin, si seulement nous consentons à nous y engager. Tu nous as enseigné le chemin de tes volontés en disant : Voici le chemin, suivez-le sans vous égarer à droite ou à gauche. C'est le chemin que le Prophète avait promis : "Il y aura une route droite et les insensés ne s'y égareront pas." J'ai été jeune, maintenant je suis vieux et, si j'ai bonne mémoire, je n'ai jamais vu d'insensés sur ton chemin, Seigneur, c'est tout juste si j'ai vu quelques sages qui aient pu le suivre tout au long. Malheur à vous qui êtes sages à vos yeux et qui vous dites prudents, votre sagesse vous a éloignés du chemin du salut et ne vous a pas permis de suivre la folie du Sauveur.

Si tu es déjà sur le chemin, ne perds pas ta route ; tu offenserais le Seigneur qui lui-même t'a conduit. Alors il te laisserait errer dans les voies de ton coeur. Si ce chemin te paraît dur, regarde le terme auquel il te conduit. Si tu vois ainsi le bout de toute perfection, tu diras : "Comme ils sont larges tes ordres." Si ton regard ne va pas jusque-là, crois au moins Isaïe le Voyant qui est l'oeil de ton corps. Il voyait bien ce terme lorsqu'il disait : "Ils marcheront par ce chemin, ceux qui ont été libérés et rachetés par le Seigneur, et ils viendront dans Sion avec des cris de joie. Un bonheur éternel transfigurera leur visage, allégresse et joie les accompagneront, douleur et plainte auront pris fin." Celui qui pense à ce terme, non seulement trouve le chemin court, mais encore a des ailes, de sorte qu'il ne marche plus, il vole vers le but. Que par là vous conduise et vous accompagne celui qui est le chemin de ceux qui courent et la récompense de ceux qui arrivent au but : Jésus-Christ."

Sermon du bienheureux Guerric D'Igny

dimanche 25 novembre 2018

Une Royauté d'amour...

" L’Évangile présente la royauté de Jésus au sommet de son œuvre de salut, et il le fait de manière surprenante. "Le Messie de Dieu, l’Élu, le Roi" apparaît sans pouvoir et sans gloire : il est sur la croix où il semble être plus vaincu que victorieux. Sa royauté est paradoxale : son trône c’est la croix ; sa couronne est d’épines, il n’a pas de sceptre mais un roseau lui est mis dans la main ; il ne porte pas d’habits somptueux mais il est privé de sa tunique ; il n’a pas d’anneaux étincelants aux doigts mais ses mains sont transpercées par les clous ; il n’a pas de trésor mais il est vendu pour trente pièces.
Vraiment le royaume de Jésus n’est pas de ce monde; mais en lui, nous dit l’Apôtre Paul nous trouvons la rédemption et le pardon. Car la grandeur de son règne n’est pas la puissance selon le monde mais l’amour de Dieu, un amour capable de rejoindre et de guérir toute chose. Par cet amour, le Christ s’est abaissé jusqu’à nous, il a habité notre misère humaine, il a éprouvé notre condition la plus misérable : l’injustice, la trahison, l’abandon; il a fait l’expérience de la mort, du tombeau, des enfers. De cette manière, notre Roi est allé jusqu’aux limites de l’univers pour embrasser et sauver tout être vivant. Il ne nous a pas condamnés, il ne nous a même pas conquis, il n’a jamais violé notre liberté mais il s’est fait chemin avec l’humble amour qui excuse tout, qui espère tout, qui supporte tout. Seul cet amour a vaincu et continue à vaincre nos grands adversaires : le péché, la mort, la peur.
"Aujourd’hui, chers frères et sœurs, nous proclamons cette singulière victoire par laquelle Jésus est devenu Roi des siècles, le Seigneur de l’histoire : par la seule toute puissance de l’amour qui est la nature de Dieu, sa vie même, et qui n’aura jamais de fin. Avec joie nous partageons la beauté d’avoir Jésus comme notre Roi : sa seigneurie d’amour transforme le péché en grâce, la mort en résurrection, la peur en confiance..."
Pape François
 Homélie de la solennité du Christ Roi,  clôture de l'Année de la Miséricorde (2016)

dimanche 11 novembre 2018

Yoram Raanan, une nouvelle lumière...

Ménora, Yoram Raanan
"J'ai vu mon studio tomber dans l'incendie, j'ai assisté à la destruction de quarante ans de travail, mais j'ai aussi reconnu autre chose cette nuit-là. Les feuilles brûlantes tombant des arbres, qui allaient enflammer la poudrière, un atelier plein de toile, de bois et de peinture, semblaient être de petits anges flottant doucement dans l'air de la montagne.
Je n'ai jamais vraiment trouvé les mots pour articuler comment ces deux reconnaissances - destruction et douceur céleste - pourraient coexister pour moi en même temps. Mais quand j'ai recommencé à peindre, mes nouvelles peintures disaient ce que je ne pouvais pas.
D'une part, ils étaient pleins de tons sombres, parfois même noirs et cendrés. C'était différent de tout ce que j'avais peint dans le passé. Mais en même temps, ils étaient remplis d'or, une couleur que je n'avais jamais jugée nécessaire auparavant. C'était comme si les ténèbres de ma perte m'avaient en quelque sorte ouvert à une vérité plus profonde, à une nouvelle lumière." Yoram Raanan


dimanche 28 octobre 2018

Jésus est Sauveur... Père E. Lafont

Frères et sœurs bien aimés,
La Parole de ce jour met trois leçons dans mon cœur
  • Ce que Dieu veut, c’est nous sauver !
  • N’aie pas peur de crier vers Jésus
  • Rappelle-toi que notre seule mission c’est « Proclamer que Jésus sauve » ! Ce que Dieu veut, c’est nous sauver !

Jérémie, nous venons de l’entendre, nous appelle à pousser des cris de joie et à implorer « Seigneur, sauve ton peuple ! » et il nous assure que Dieu est en train de répondre et de conduire son peuple vers les cours d’eau vive, car il est un Père pour nous et nous sommes ses enfants bien aimés.
Et voilà que l’Evangile atteste que Jésus accomplit précisément cela ! passant par Jéricho, il entend le cri de l’aveugle Bartimée. Prenant ses disciples à contre-pied, il exige qu’on fasse venir l’aveugle, lui demande ce qu’il souhaite, et le renvoie guéri en lui affirmant : va, ta foi t’a sauvé ». L’homme était en dehors de la course, sur le bord du chemin : Jésus le remet dans la vie et le mouvement, avec lui ! Jésus sauve !
Toi non plus, n’aie pas peur de crier vers Jésus !
Oui, j’ai envie de vous dire à toi qui m’écoutes, dans cette église ou grâce à la télévision :  si tu vas mal, si tu souffres, si tu es angoissé ou déprimé, donne-toi à Jésus ! accorde-lui ta confiance et parle-lui simplement, avec tes mots. Il est venu pour cela. Il s’arrêtera devant ta maison ou devant ton lit ! Tu me diras peut-être : « cela fait longtemps que je l’appelle, que je demande la guérison, mais je ne vois rien venir ! » Et je vais te répondre que c’est vrai, Jésus ne guérit pas toujours physiquement. Il n’est pas une carte vitale. si c’est sa volonté que tu l’accompagnes, toi, sur le chemin de croix par lequel il nous a obtenu le pardon et la paix, alors il touchera ton cœur, il apaisera ton esprit. Il t’accordera la paix.  Prie-le comme lui-même priait son Père : « si c’est possible, que ce calice s’éloigne de moi. Mais non pas ta volonté, mais la tienne ! »
 Proclamer que Jésus sauve, c’est notre seule mission
Octobre, c’est le mois de la Mission ! Notre offrande doit aider la mission universelle, mais nous tous, les disciples du Christ, nous avons à être des missionnaires joyeux de son pardon et de sa guérison, du salut et de la joie qu’il apporte. Et notre seul message doit être : « Jésus est le Sauveur, il m’a sauvé, donne-lui ton cœur ! ». La mission ne consiste pas d’abord à de faire rentrer les gens dans l’Eglise, mais à les conduire vers Jésus. Es-tu capable de dire de quoi Jésus t’a sauvé, en quoi il a changé ta vie ? Pierre pouvait le dire, Paul pouvait le dire, l’aveugle né pouvait le dire… mais moi, mais toi ?
Arrêtons de ressembler, au contraire, à ces gens qui suivaient Jésus, mais qui rabrouaient l’aveugle Bartimée pour le faire taire, sous prétexte de protéger le maître ! trop souvent, nous présentons une image de Jésus qui n’est pas celle de l’Evangile. Arrêtons d’apparaître comme des douaniers, rapides à juger les autres, lents à les accueillir et encore plus à les écouter ! Prêtons l’oreille au cri des pauvres, des malades, des pécheurs et des divorcés ! Qu’est-ce que c’est que cette Eglise où on reste les uns derrière les autres sans vraiment se donner à une vie fraternelle ? Que-ce que c’est que cette église où on sort de la messe l’air aussi triste qu’à l’arrivée, soucieux de ne pas même regarder ceux qui implorent, dehors, un sourire, un geste, et de temps en temps un piécette ?
Quoi ? tu peux prier Jésus, marcher à ses côtés et dire à un autre « Tais-toi ! ». Non, tu ne le peux pas ! Mais si un jour tu l’as fait, demande pardon à ton tour, et Dieu te sourira de nouveau.
Quoi ? Tu peux prier Jésus, aller à la messe tous les dimanches, mais tu ne peux pas dire en quoi ta vie est différente – plus confiante, plus chaleureuse, plus aimante – à cause de lui ? Saint Paul VI, canonisé il y a quinze jours, disait « Le monde contemporain préfère écouter les témoins que les maîtres. Et quand il écoute les maîtres, c’st parce que ce sont aussi des témoins ! » Demandons ensemble à l’aveugle Bartimée de nous aider à devenir de vrais témoins, et partant, des disciples missionnaires. Demandons à Notre Dame de pouvoir dire avec elle : « Le Seigneur a fait pour moi des merveilles, il m’a sauvé du mal et de la peur, saint est son nom !
Homélie du père Emmanuel Lafont

jeudi 25 octobre 2018

L'homme ne se réalise qu'à travers l'amour...


Avant le commencement était l'amour. Par lui, tout fut créé de toute éternité; sans lui, rien n'aurait existé. Depuis l'origine était l'amour qui est le fondement de l'univers, la loi et le terme de toute chose. Rien ne restera, tout périra hormis l'amour.
Dieu est amour et vérité. Dieu est le véritable amour. L'univers de Dieu est celui de l'amour, celui de la vérité; et il n'y a pas de vérité en dehors de l'amour.
L'homme ne se réalise qu'à travers l'amour ; il ne parvient à la vérité qu'en Dieu. Il appartient à Dieu parce qu'il est le fils de l'amour, le fils de Dieu, et sa véritable demeure est en Dieu.

Il y a un chemin qui mène à l'univers divin : le Christ est ce chemin. Il est la vérité incarnée ; il est la manifestation de la vérité de la vie. Tout homme est appelé à emprunter ce chemin durant son voyage de ce monde vers l'au-delà. Et comme pour chaque voyage dans ce monde l'homme doit s'approvisionner, la seule provision, la seule arme, c'est l'amour. Cet amour ne peut qu'englober tous les hommes gratuitement, sans conditions ni limites. C'est ainsi que Dieu vous aime. Aimez-vous donc les uns les autres de ce même amour qu'est l'amour de Dieu.
Laissé à lui-même, l'homme ne peut pas se donner cet amour. Il le reçoit de Dieu, en Jésus-Christ, par l'Esprit. Pour ce faire, il faut prier. 
Par la prière seulement s'acquiert l'amour de Dieu le Père, source de l'amour, par Dieu le Fils, Jésus Christ, amour incarné, par l'Esprit de Dieu, Esprit d'amour. Priez donc pour avoir cet amour afin que vous aimiez tous les hommes gratuitement, sans limites ni conditions, comme Dieu vous aime. Vous serez alors les fils de Dieu. L'homme est né du cœur de Dieu, et au cœur de Dieu il retournera.

Tombeau de Saint Charbel



dimanche 14 octobre 2018

Toi, l'Infini si près de nous

Photo de Leo Gayola

Toi, l'Infini si près de nous,
que ta Présence soit accueillie, 
que ta Force d'Aimer nous habite 
comme elle habite en Toi.

Donne-nous aujourd'hui 
d'avoir faim les uns des autres
d'être pain les uns pour les autres.

Donne-nous aujourd'hui 
le pardon de nos fautes
comme nous nous pardonnons mutuellement.

Libère-nous de ce qui empêche 
l'amour de grandir entre nous et par nous.

Père de tout Amour,
nous Te confions notre famille humaine. 

                                                                             Secteur de Sétif, Algérie

jeudi 4 octobre 2018

St François d'Assise

St François, Cimabue


"Seigneur, je t’en prie, 
que la force brûlante et douce de ton amour prenne possession de mon âme 
et l’arrache à tout ce qui est sous le ciel, 
afin que je meure par amour de ton amour, 
comme tu as daigné mourir par amour de mon amour."
                                                                           St François d'Assise

dimanche 23 septembre 2018

L'audace de l'humilité...

La vie et l’éducation d’un humain ne sont-elles pas remplies de contradictions ? Dans les premiers mois de notre existence, nous avons appris à marcher, et puis… on nous a invité à rester assis, à ne pas bouger ! Après nous avoir appris à parler, nos parents nous ont appris… à nous taire ! Que dire alors du paradoxe de l’évangile de ce jour ? « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous.» Faut-il donc se rabaisser pour grandir ?
Les disciples, en traversant la Galilée, discutaient entre eux pour savoir qui était le plus grand. Jésus les invite alors à sortir de cette spirale de la comparaison. Si quelqu’un cherche à s’accomplir, si quelqu’un cultive ce désir orgueilleux de ‘réussir sa vie’, qu’il prenne alors la seule voie qui n’amène pas de la comparaison, et donc inévitablement de la déception : c’est le chemin de l’humilité.
En ce sens, grandir selon l’évangile n’est en rien de l’abnégation ou de la dépréciation, comme cela a été si souvent mal compris. Humble est celui qui s’enracine en lui-même, dans son humanité et ses talents, mais qui place néanmoins son centre de gravité dans le cœur de l’autre, sans se comparer à lui. Celui qui prend ce chemin d’humilité a fait le deuil de la toute-puissance. Il met de la joie dans ce qu’il est, son histoire, et ne convoite pas ce qu’il n’a pas. Il ne regarde pas la reconnaissance comme un objectif à atteindre ou un critère de réussite, mais seulement comme la conséquence possible de ses actes. Humble est celui qui a la sagesse de conjuguer sa vie au présent. Il ne l’espère pas plus épanouie dans un futur simplifié, ne la regrette dans un passé décomposé. Voilà pourquoi, seule une personne vraiment humble peut vivre pleinement sa propre vie, telle qu’elle est. Elle résiste ainsi à toutes les petites blessures narcissiques du quotidien car elle n’a pas besoin de sa ration quotidienne de reconnaissance. En ce sens, humble est celui qui sait rire de lui-même. Il a l’audace de ne pas trop se prendre au sérieux, mais de recevoir sa vie simplement, telle qu’elle lui est donnée. Dans son cœur pacifié, il n’y a pas d’écart entre ce qu’il est et ce qu’il veut être. Il est libre face à cette recherche effrénée de l’accomplissement personnel.
En s’acceptant lui-même, il accueille Celui dont il reçoit l’être et la vie. Humble est celui qui se sait aimé de Dieu, élevé par Lui. C’est pourquoi il est capable grandir, de se laisser éduquer, d’accueillir ce qui le dépasse : la sagesse de Dieu venue d’en-haut, avec ses dons les meilleurs.
L’humilité est donc une bien curieuse qualité qu’on ne peut jamais s’attribuer à soi-même. Pour le dire autrement, elle est ce principe de vie, cet horizon qui refuse toute logique de comparaison, et donc de convoitise. « D’où viennent les conflits ? N’est-ce pas de tous ces désirs qui mènent leur combat en vous-mêmes » nous dit Jacques dans sa lettre. Et il ajoute, comme pour nous fournir la clé pour sortir de cette impasse de la comparaison : « Vous êtes pleins de convoitises. Et vous n’obtenez rien parce que vous ne demandez pas » ! Voilà donc l’invitation toute simple que je nous propose d’accueillir en ce jour : la vraie grandeur de l’homme passe par cette capacité à demander, comme des petits enfants. Demander, c’est finalement faire preuve d’humilité, en reconnaissant son manque, comme un enfant.
Dans la culture juive de l’époque, un enfant n’a presque pas d’existence. Il est celui qu’on ne voit pas. Il est bien loin de l’enfant-roi de nos sociétés occidentales, qui attire tous les regards. Cependant, la caractéristique de tout enfant, quel qu’il soit, est de demander. Un enfant sait qu’il est petit, qu’il a tout à apprendre, à recevoir. Mais il demande. Il n’est qu’attente de relation. Trop souvent, nous avons peur de demander, par fausse humilité, parce que nous craignons un refus, ou parce que notre ego a peur d’être redevable. Et pourtant, en demandant la sagesse venue d’en haut, comme des enfants qui ont tout à recevoir, on en ressort toujours élevé, grandi.
Alors, ne cherchons pas la reconnaissance, mais accueillons cette grâce de l’humilité. Ayons cette audace de demander comme des enfants, —avec ardeur et persévérance— les dons les plus hauts pour nous-même, comme pour les autres. Alors, notre vie s’épanouira en joie. Amen.
Fr. Didier Croonenberghs, dominicain
Père Mina

dimanche 16 septembre 2018

Aux dires des gens, qui suis-je ?

Don Bosco
« Aux dires des gens, qui suis-je ? » Voici que Marc nous présente Jésus en train d’effectuer ce que nous qualifierions aujourd’hui d’enquête d’opinion. Comme les instituts de sondage n’existaient pas à cette époque, il interroge directement ses disciples. A l’instar des politiciens de tout bord, serait-il devenu soucieux de son image ? Je ne le pense pas, car l’Evangile nous le montre constamment en train de se dérober à l’admiration des hommes, lorsqu’ils veulent le faire roi. Il ne cherche pas à vérifier sa popularité, mais plutôt à savoir si les hommes ont compris le message qu’il est venu apporter au monde.
« Aux dires des gens, qui suis-je ? » Les avis sont partagés. Les uns le prennent pour Jean le Baptiste, d’autres pour Elie ou bien l’un des prophètes… dans tous les cas, un homme d’autrefois revenu à la vie. Ce qui caractérise ces réponses, c’est qu’elles cherchent à expliquer Jésus par le passé. On ne lui reconnaît pas une identité propre. On n’envisage pas un avenir qui pourrait être neuf.
Alors Jésus interroge ses disciples. « Pour vous, qui suis-je ? »  Pierre prend la parole et répond : « Tu es le Christ. » Apparemment, tout est dit ; il n’y a plus rien à ajouter. Et pourtant sa réponse n’est-elle pas dangereuse, puisqu’aussitôt Jésus défend vivement de la répéter à quiconque ?
Confesser, en effet, Jésus comme Christ, c’est risquer de reprendre à son compte l’attente d’un Messie qui rétablirait la puissance d’Israël.
Jésus ne veut pas rentrer dans une telle étiquette. Sa façon de décliner son identité consiste à annoncer à ses amis sa passion, sa mise à mort et sa résurrection.
Jésus est le Messie, mais d’une autre façon, en présentant, comme le dit Isaïe, son dos à ceux qui le frapperont. Entre la réponse forte de Pierre et la véritable identité de Jésus, il y a la distance du chemin de croix. « Celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais celui qui perd sa vie à cause de moi la sauvera. » C’est lorsque l’homme vit sa vie non pas dans le registre de l’avoir, mais dans celui du don, qu’il découvre alors le chemin du vrai bonheur.
« Pour toi, qui suis-je ? » Vingt siècles après, la question, ce matin, t’est à nouveau posée directement. Méfie-toi des réponses rapides… des formules toutes faites.
L’important est de savoir si, pour toi, Jésus est un homme du passé, ou bien s’il est un être du présent, ressuscité et vivant parmi nous, sous les traits des plus petits de notre société, puisqu’il ne cesse de nous dire
« Ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. »
Et nous découvrons alors, avec Saint Jacques, que si notre foi n’est pas mise en œuvre, elle meurt.
Voici 150 ans, un prêtre de l'Orne, l’abbé Vauloup a vibré à la détresse des orphelins, qui comptaient alors parmi les plus petits de la société rurale. Il entendait dans leurs cris l’appel du Seigneur. Alors, avec l’aide de laïcs, il fonda cet orphelinat de Giel, repris ensuite par les salésiens de Don Bosco, appelés par leur fondateur à reconnaître dans chaque enfant le visage du Christ. Ils sont donc invités à poser sur chacun un regard de confiance, d’espérance et d’amour. C’est ce regard qui a conduit tant d’enfants de cette maison à poser des actes héroïques durant l’été 44, dans cette campagne alors placée sous un déluge de feu. C’est ce regard qui continue de permettre aux jeunes accueillis dans cette école de se préparer à devenir de véritables acteurs de ce monde rural aujourd’hui en pleine transformation.
« Pour vous, qui suis-je ? » N’allons pas chercher à élaborer je ne sais quelle réponse abstraite … Ouvrons les yeux … et continuons de le découvrir présent au milieu des enfants qui grandissent…
P. Jean-Marie Petitclerc, vicaire provincial des salésiens de Don-Bosco
(Chapelle de l’établissement scolaire Giel-Don-Bosco, Orne)

dimanche 26 août 2018

C'est l'Esprit qui vivifie... par Réal Gaudreault


Durant toutes mes années d’expériences pastorales, j’ai pu observer un grand nombre de chrétiens honnêtes qui cherchaient le plus possible à ressembler à Jésus-Christ. Pour la majorité d’entre eux, l’expérience fut assez navrante, et ce, à cause du chemin emprunté par ces derniers pour y arriver. En fait, il n’était pas du tout efficace parce qu’il ne proposait que des transformations extérieures et visibles, des changements observables sur le plan moral. Vous me direz sans doute que c’est là tout ce qu’un bon chrétien devrait faire, et bien non !

Comme je le mentionnais plus haut, nombreux sont les chrétiens qui considèrent le fruit de l’Esprit de Galates (5 22) comme un défi personnel dans lequel ils devront conquérir un à un les neuf éléments de ce fruit. Comme ils aiment le dire: « actuellement, je travaille fort pour aimer un peu plus les gens. » En d’autres mots, j’essaie actuellement d’acquérir l’amour, fruit de l’Esprit, par mes propres forces. Tout cela est complètement ridicule. Le fruit de l’Esprit ne s’acquière pas par des efforts humains. Même toute notre bonne volonté est inutile pour la simple raison que ce fruit n’est pas humain mais spirituel. C’est le fruit de l’Esprit, non pas de l’homme.
 «C’est l’Esprit qui vivifie. La chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont Esprit et vie.» Jean 6, 63

Ce texte de Jésus est clair et net. Jamais la chair n’arrivera à quoi que ce soit dans l’œuvre de Dieu. Voilà pourquoi le processus de transformation qui mènera éventuellement le croyant à porter le fruit de l’Esprit de façon authentique doit venir de l’intérieur. Le fruit de l’Esprit est un ensemble complet en lui-même. Bien qu’il inclut neuf éléments, il demeure un seul fruit qui agit par tous ses éléments dans le cœur du chrétien transformé. Il n’y a pas ici de processus d’amélioration, mais un phénomène de transformation spirituel que seul l’Esprit de Dieu est en mesure d’opérer dans le cœur renouvelé du croyant.
 « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu’au dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance. Pharisien aveugle ! Nettoie premièrement l’intérieur de la coupe et du plat, afin que l’extérieur aussi devienne netMatthieu 23 25-26

Sans même trop nous en rendre compte, nous reproduisons l’hypocrisie des pharisiens toutes les fois que nous cherchons à nous améliorer moralement sur le plan extérieur. C’est l’intérieur de la coupe qui intéresse le Seigneur car il sait que dès qu’il aura obtenu notre cœur, il aura donc aussi tout le reste de notre être. Ça lui importe fort peu que nous soyons moralement devenus de meilleures personnes car, si cette opération est l’œuvre de la bonne volonté humaine, elle n’est d’aucun mérite devant lui. Pis encore, ceux qui d’entre nous arrivent à bien contrôler leur imperfection morale, deviennent généralement des pharisiens de la même race que ceux qui ont crucifié le Seigneur. Laissons plutôt le Seigneur opérer son œuvre de transformation dans nos vies. La seule et unique chose dont il a besoin pour faire ce travail, c’est notre OUI.
« Or, le Seigneur c’est l’Esprit; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté. Nous tous qui, le visage découvert, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit.» 1 Corinthiens 3 17-18
Réal Gaudreault,
pasteur de l’Assemblée Chrétienne La Bible Parle, Saguenay.




mercredi 8 août 2018

Saint Dominique

Saint Dominique, Fra Angélico




" Il invoqua le Saint-Esprit, convoqua tous les frères et leur dit qu'il avait pris dans son coeur la décision de les envoyer tous à travers le monde, en dépit de leur petit nombre [...]. Chacun s'étonna de l'entendre prononcer catégoriquement une décision si rapidement prise. Mais l'autorité manifeste que lui donnait la sainteté les animait si bien qu'ils acquiescèrent avec assez de facilité. " 
Jourdain de Saxe








lundi 6 août 2018

Prière au Christ Transfiguré



« Le ciel parlait, oui ; c'était le Père de ce ciel, le Père de Celui qui était là, transfiguré, le Visage brillant comme le soleil, avec des vêtements blancs comme neige.

de Marko Ivan Rupnik,
 Cette Face du Fils de Dieu, volontairement voilée, si l'on peut dire, depuis plus de trente ans, une fois se découvrait, enfin, et laissait voir ce qu'elle est, ce que nous la verrons, un jour, dans les splendeurs de la gloire, lorsque cette gloire nous la révélera. A cette apparition, nous serons rassasiés.

Pierre, Jacques et Jean, symboles de la foi, de l'espérance et de l'amour par lesquels on découvre le Visage de Jésus, ne pouvaient descendre de la montagne ; il y étaient si bien. Ils goûtaient l'ivresse d'une extase, qu'ils eussent voulue ainsi, éternelle. Ils ne voyaient plus que Jésus-Christ.

Heureuse l'âme qui ne voit plus que Jésus-Christ ! Heureuse l'âme chez qui le détachement total est achevé, l'âme qui a dépassé la terre, qui s'est élevée vers Dieu, en se laissant elle-même ; l'âme qui ne voit plus, qui ne goûte plus en personne, en rien que Lui, Jésus, le suprême Amour, le Faîte de la vie !

Seigneur Jésus, je le sais, pour être transfiguré, pour être transformé en vous, il faut que je reste sur cette montagne, au-dessus de tout, au-dessus de moi-même. Quand sera-ce que je ne verrai plus que Vous ? Quand sera-ce que mes yeux se perdront dans les vôtres et s'abîmeront en votre Lumière, Lumière de lumière, Splendeur de gloire, Candeur de la Lumière éternelle ?

Seigneur, arrachez-moi à la terre, arrachez-moi à moi-même. Tournez, pour moi, en amertume toutes les choses de la vie, et faites-moi vivre de Vous seul. Que tout est vain sans Vous, hors de Vous ! Seigneur, Jésus-Amour, ravissez-moi ! »

Dom Vandeur, 
Élévations sur la Messe de chaque jour - Temps après la Pentecôte I 

Méditation sur la fête de la Transfiguration

Méditation sur la fête de la Transfiguration  avec le Père Lev Gillet

"...Essayons maintenant de considérer quelques aspects du récit évangélique de la Transfiguration. Jésus prend avec lui ses trois plus intimes disciples. Dieu se manifeste parfois aux pécheurs d’une manière extraordinaire. Mais, en général, le privilège de contempler Dieu et d’entrer dans la joie de la Transfiguration est réservé à ceux qui ont suivi longtemps et fidèlement le Maître.
Jésus conduit ses disciples sur une haute montagne. Avant d’atteindre à la lumière de la Transfiguration, les ascensions pénibles de l’ascèse sont nécessaires.
L’aspect habituel de Jésus est changé. Sa face resplendit " comme le soleil ". Son vêtement devient " d’une blancheur fulgurante ". C’est en ceci que consiste la Transfiguration. Ce Jésus que les disciples connaissaient bien et dont l’aspect, dans la vie quotidienne, ne différait pas de celui des autres leur apparaît soudain sous une forme nouvelle et glorieuse. Une expérience semblable peut se produire, dans notre vie intérieure, de trois manières. Parfois notre image intérieure de Jésus devient (aux yeux de notre âme) si lumineuse, si resplendissante, qu’il nous semble vraiment voir la gloire de Dieu sur sa face : la beauté divine du Christ devient en quelque sorte pour nous un objet d’expérience. Parfois aussi nous éprouvons d’une façon intense que la lumière intérieure, cette lumière donnée à tout homme venant en ce monde pour guider sa pensée et son action, s’identifie à la personne de Jésus-Christ : la puissance de la loi morale se fond avec la personne du Fils, l’attrait du sacrifice nous fait entrevoir le Sauveur sacrifié et entendre son appel. Parfois enfin nous devenons conscients de la présence de Jésus dans tel homme ou dans telle femme que Dieu a mis sur notre route, surtout quand il nous est donné de nous pencher avec compassion sur leurs souffrances : cet homme ou cette femme se transfigure en Jésus-Christ, sous les yeux de la foi. On pourrait, de ce dernier fait, dégager une méthode précise de spiritualité, une méthode de transfiguration applicable à tous, partout et toujours.
Auprès de Jésus apparaissent Moïse et Élie. Moïse représente la loi. Élie représente les prophètes. Jésus est l’accomplissement de toute loi et de toute prophétie. Il est le terme final de toute l’Ancienne Alliance. Il est la plénitude de toute la révélation divine.
Moïse et Élie s’entretiennent avec Jésus de sa Passion prochaine. Cet aspect de la Transfiguration n’est, en général, pas assez remarqué. On ne peut pas, dans la vie de Jésus, séparer les mystères glorieux des mystères douloureux. C’est au moment où Jésus se prépare à sa Passion qu’il est transfiguré. Nous n’entrerons dans la joie de la Transfiguration que si, dans notre propre vie, nous acceptons la croix.
Pierre voudrait se fixer dans la béatitude de la Transfiguration. Il suggère à Jésus la construction de trois tentes. Ainsi un fidèle, au début de sa vie spirituelle, désire prolonger les " consolations ", les moments de douceur intime. Jésus laisse sans réponse la suggestion de Pierre. Ni aux premiers disciples ni à nous-mêmes il n’est permis de se soustraire aux durs travaux de la plaine et de s’établir dès maintenant dans une paix qui n’appartient qu’à la vie future.

La nuée lumineuse de la Présence divine couvre le sommet de la montagne. Du milieu de la nuée, une voix se fait entendre : " Celui-ci est mon Fils bien-aimé, mon Élu, écoutez-le ". Les mêmes paroles, ou presque, avaient déjà été prononcées par la même voix, lors du baptême de Jésus. Elles donnent à la scène de la Transfiguration tout son sens. Pourquoi Jésus change-t-il d’aspect ? Pourquoi s’enveloppe-t-il de lumière ? Ce n’est pas pour offrir aux apôtres un spectacle impressionnant et réconfortant. C’est pour traduire à l’extérieur le témoignage solennel que le Père rend à son Fils. Et le Père lui-même donne une conclusion pratique à la vision : " Écoutez-le ". Une grâce extraordinaire ne produit son effet que si elle nous rend plus attentifs et plus obéissants à la Parole divine.

Les disciples sont terrassés d’effroi. Jésus les touche et les rassure. " Et, eux, levant les yeux, ne virent plus personne que lui, Jésus, seul (Mt 17,8) ". Nous pouvons trouver à cette phrase des sens divers, également vrais. D’une part, la condition normale du disciple de Jésus, en ce monde, est de s’attacher à la personne de Jésus sans que celle-ci revête les attributs extérieurs de la gloire divine ; le disciple doit voir " Jésus, seul ", Jésus dans son humilité ; si, à de rares moments, son image nous semble enveloppée de lumière, et si nous croyons entendre la voix du Père désignant le Fils à notre affection, ces éclairs ne durent pas ; et nous devons aussitôt retrouver Jésus là où il se trouve habituellement, au milieu de nos humbles et parfois difficiles devoirs quotidiens. Voir " Jésus, seul ", cela signifie encore : concentrer sur Jésus seul notre attention et notre regard, ne point nous laisser distraire par les choses du monde ni par les hommes et les femmes que nous rencontrons, bref, rendre Jésus suprême et unique dans notre vie. Est-ce à dire qu’il faille fermer les yeux au monde qui nous entoure et qui souvent a besoin de nous ? Quelques-uns sont appelés à rester absolument seuls avec le Maître : qu’ils soient fidèles à cette vocation. Mais la plupart des disciples de Jésus, vivant au milieu du monde, peuvent donner aux mots " Jésus, seul " encore une autre interprétation. Sans renoncer à un contact reconnaissant avec les choses créées, à un contact aimant et dévoué avec les hommes, ils peuvent atteindre un degré de foi et de charité où Jésus deviendra transparent à travers les hommes et les choses ; toute beauté naturelle, toute beauté humaine deviendront la frange de la beauté même du Christ ; nous verrons son reflet dans tout ce qui, en d’autres, attire et mérite notre sympathie ; bref, nous aurons " transfiguré " le monde, et, dans tous ceux sur lesquels nous ouvrirons les yeux, nous trouverons " Jésus seul ".

Le mystère de la Transfiguration a encore un autre aspect que les textes scripturaires de la fête n’indiquent pas clairement, mais que les chants liturgiques soulignent. " Pour montrer la transformation de la nature humaine… lors de ton Second et redoutable Avènement… Sauveur… tu t’es transfiguré… ô toi qui as sanctifié tout l’univers par ta lumière… ". Ces paroles, que nous chantons à matines , font allusion au caractère cosmique et eschatologique de la Transfiguration. La nature entière – qui maintenant subit les conséquences du péché, cause du mal physique – sera affranchie, renouvelée, lorsque le Christ reviendra glorieusement, à la fin des temps. Cette transformation du monde est proposée à notre croyance, à notre espoir, à notre attente. Il faut se garder toutefois d’exagérer cet aspect de la Transfiguration au détriment des autres. Les évangiles nous montrent que le sens premier, fondamental, de la Transfiguration concerne la personne même de Notre Seigneur, que son Père glorifie avant de le laisser aller à la Passion. Les effusions envers le mystère de la transfiguration de la " terre " ne doivent pas voiler cette vérité : à savoir que la Transfiguration est d’abord, avant tout, la Transfiguration du Fils bien-aimé.

Enfin la Transfiguration est aussi une révélation du Père et de l’Esprit. Elle soulève le voile qui recouvre pour nous, en cette vie terrestre, la vie intime des trois personnes divines. Disons avec toute l’Église, dans la neuvième ode des matines : " Tenons-nous spirituellement dans la cité du Dieu vivant et considérons avec admiration la divinité immatérielle du Père et de l’Esprit resplendissant dans le Fils unique ". 
Extrait du livre L'An de grâce du Seigneur,signé "Un moine de l'Église d'Orient

"