vendredi 10 avril 2020

Vendredi saint, Impropères


Ecce Homo, Caravage


Ô mon peuple, que t'ai-je fait ?
En quoi t'ai-je contristé ? Réponds-moi

            



Peuple égaré par l’amertume 
Peuple au coeur fermé,
            souviens-toi !
            Le Maître t’a libéré.
            Tant d’amour serait-il sans réponse,
            tant d’amour d’un Dieu crucifié ?






Moi, depuis l’aurore des mondes, 
j’ai préparé ton aujourd’hui;
Caravage, la flagellation du Christ
toi, tu rejettes la vraie Vie
qui peut donner la joie sans ombre,
ô mon peuple, réponds-moi !
Moi, j’ai brisé tes liens d’esclave,
J’ai fait sombrer tes ennemis ;
Toi, tu me livres à l’Ennemi,
tu me prépares une autre Pâque, 

ô mon peuple, réponds-moi !
Moi, j’ai pris part à ton exode,
Par la nuée je t’ai conduit ;
toi, tu m’enfermes dans ta nuit,
tu ne sais plus où va ma gloire,

ô mon peuple, réponds-moi !
Moi, j’ai envoyé mes prophètes,
Ils ont crié dans ton exil ;
Toi, tu ne veux pas revenir,
tu deviens sourd quand je t’appelle,

ô mon peuple, réponds-moi !
Moi, j’ai voulu, vivante Sève,
jeter l’espoir de fruits nouveaux ;
toi, tu te coupes de mes eaux
mais pour aller vers quelle sève ?

ô mon peuple, réponds-moi !
               Vigne aux raisins d’amertume,
               Vigne aux sarments desséchés,
               Souviens-toi !
               La Grappe fut vendangée ;
               ce Fruit mûr serait-il sans partage,
               ce Fruit mûr que Dieu a pressé ?

 Caravage, la déposition du Christ

Moi, j’ai porté le poids des chaînes,
j’ai courbé le dos sous les fouets ;
toi, tu me blesses en l’opprimé,
l’innocent tombé sous la haine,

ô mon frère, réponds-moi !
Moi, j’ai porté sceptre et couronne
Et manteau royal empourpré ;
toi, tu rougis de confesser
le Fils de Dieu parmi les hommes,

ô mon frère, réponds-moi !  
Moi, j’ai marché vers le Calvaire
Où mes deux bras furent cloués ;
Toi, tu refuses la montée
Quand meurt en croix l’un de mes frères,

ô mon frère, réponds-moi !
Moi, je revis depuis l’Aurore
Où le Vivant m’a réveillé ;
Toi, le témoin de ma clarté,
es-tu vivant parmi les hommes ?

ô mon frère, réponds-moi !
               
Frère sevré d’amertume,
               Frère au coeur desséché, 
Souviens-toi !
               Ton frère t’a relevé,
               Jésus-christ, le Verbe et la Réponse,
               Jésus-Christ, l’Amour révélé.

Au cours de la Liturgie de l’Adoration de la Croix, le Vendredi Saint, l’Eglise nous offre cette belle méditation à travers ce chant des Impropères




Aucun commentaire:

Publier un commentaire